Presbytère de Verchin

Presbytère de Verchin
Verchin presbytère ancien 1.JPG
Références cadastrales B 544
Dates 1681
Statut privé

L’ancien presbytère de Verchin se situe 5, rue de Fruges.

Descriptif

Le presbytère de Verchin est composé d’un corps principal et de deux pavillons qui lui sont accolés sur la gauche et sur la droite.

Corps principal : Ce dernier est un bâtiment de brique comportant un étage. Il est coiffé d’un toit en bâtière débordant couvert de tuile mécanique. Côté cour, le soubassement est cimenté mais la brique est toujours à nu sur la façade arrière. La façade se divise en trois travées. Les travées latérales comprennent chacune une baie à deux vantaux au rez-de-chaussée et une autre à l’étage. Cintrées, ces baies sont encadrées d’un décor harpé réalisé en pierre blanche. La travée centrale est identique mis à part que la baie du rez-de-chaussée est remplacée par une porte surmontée d’une imposte. D’ailleurs on note que côté cour, l’encadrement de pierre autour de la porte est partiellement disparu. Un cordon de pierre blanche sépare l’étage du rez-de-chaussée et une corniche est présente sous les combles. Un chaînage d’angle en pierre blanche souligne les arêtes du bâtiment. Des ancres métalliques sont disposées sur la façade et à l’étage des cartouches millésimées sont visibles.

Pavillons : Ils ont probablement été construits bien après le bâtiment central. Il s’agit de plain-pieds surmontés d’un toit à croupe. Celui situé contre la route est au moins partiellement en brique, mais les façades sont cimentées ce qui rend l’identification des matériaux de construction impossible. L’autre semble être construit en parpaing. Le pavillon contre la route fait office de logis et ses façades sont percés de plusieurs baies rectangulaires. En revanche, l’autre pavillon doit être une dépendance, on ne peut y accéder que par une porte roulante.

Dépendances : Elles sont édifiées perpendiculairement au corps principal, contre la voie. Basses, elles reposent sur un soubassement de brique et son coiffées d’un toit en bâtière prolongé par un coyau et couvertes de tuile mécanique.

Historique

À en croire les pierres millésimées, le corps central date de la fin du XVIIe siècle. L’histoire de ce bâtiment reste à découvrir.

Sources et bibliographie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *